[cartujadeportacoeli.org][353]caracter-c

Je te mènerai par des sentiers que tu ignores (Is 42,16)

Du silence contemplatif de la chartreuse à la joie bruyante de JL

                               Si quelqu’un m’avait dit, il y a 15 ans, que j’allais être en France, dans une communauté                                                 appelée Jeunesse-Lumière et avec un certain Daniel-Ange, je lui aurais dit qu’il était fou.                                                 A cette époque, j’étais heureux dans ma chartreuse bien-aimée Sancta  Maria Porta-                                                      Coeli, et dans le silence dune cellule chartreuse, j’avais trouvé ma joyeuse vocation dan                                                l’Eglise : une vie d’intimité avec Dieu, et d’intercession pour le monde. Je venais de                                                        prononcer mes voeux solennels et d’être ordonné prêtre  du Christ et rien ne me faisait                                                  soupçonner le sacrifice que le Seigneur allait me demander. Soudain, une maladie  rare                                                  auto-immune brisa la quiétude de ma  solitude cartusienne. : plusieurs hospitalisations,                                                  une opération chirurgicale, et toute une série de symptômes qui progressivement                                                            m’empêchaient de vivre la vie exigeante de la règle de Saint Bruno. Après un                                                                  discernement avec les supérieurs, j’ai dû accepter le sacrifice que le Seigneur me                                                          demandait : quitter la solitude et le silence de la Chartreuse.
                 Ce fut  l’un des moments les plus durs de ma vie. Je ne comprenais rien et j’avoue, j’étais très fâché avec le Seigneur. Ma vie spirituelle était entièrement entourée d’un épais brouillard qui m’empêchait de voir. Mais au-dessus de ce brouillard : Jésus - sans que je le voies ni ne l’entende - me regardait, en souriant : «Si tu savais les merveilleuses choses que j’ai préparées pour toi.»
               Mais  de nombreuses interrogations surgissaient en moi : «Le Seigneur  me guérira-t-il ? Pourrai-je retourner à la Chartreuse ? Quel sera mon avenir ? Mon coeur était bloqué et c’est Marie, notre Mère du Ciel qui est venue apporter la lumière et la paix dans mon âme. Lors d’un pèlerinage à Medjugorje, ce lieu où le ciel touche la terre, Marie m’a donné l’immense don de la confiance et de l’abandon. Tout s’est tout simplement passé : le soir du 3è jour, j’avais mis dans mon sac à dos un petit Nouveau Testament . Et là, tout à coup, sans l’attendre, la Parole de Dieu est venue illuminer mon obscurité : «Observez les lis des champs, comme ils poussent : il sne peinent ni  ne filent... Que si Dieu habille de la sorte l’herbe des champs, qui est aujourd’hui et demain sera jetée au four, ne ferat-il pas bien plus pour vous, gens de peu de foi !» (Mt 6,2) Rien d’extraordinaire n’est arrivé, je n’ai rien ressenti de spécial, mais une lumineuse certitude m’a inondé et a dissipé le brouillard :»Dieu  est mon père, Il prend soin de moi et sait ce qui est bon pour moi.»   Ce que le Seigneur me demandait était clair  : m’abandonner dans «ses bras».
J’ai accepté avec joie la nouvelle vie à laquelle le Seigneur m’appelait en tant que prêtre diocésain : aumônier d’hôpital, groupe d’adoration avec les jeunes, communautés néo-catéchuménales, accompagnement des pèlerins à Medjugorje... C’est à dire que j’ai connu les joies et les luttes d’un prêtre diocésain ! C’était une vie si différente de ma première vocation ! Mais, bien qu’extérieurement je ne portais pas l’habit chartreux, dans mon coeur, j’étais (et serai toujours) «fils de saint Bruno». Pendant toutes ces années dans le diocèse de Valencia, il y avait en moi un sentiment, une sorte de certitude que Dieu m’avait préparé une surprise. Et effectivement, la surprise est arrivée, même si elle a pris neuf ans. Et cette grande surprise avait un nom : Jeunesse-Lumière !

            Un jour de garde à l'hôpital Clinico de Valencia, le téléphone a sonné. C'était Maria Romero que je connaissais de puis longtemps et qui, depuis plusieurs années, vivait une expérience d'évangélisation en France. Elle me dit :

             -  Daniel-Ange cherche un prêtre pour l'aider.

          - C'est très bien, mais Maria, qui est ce père Daniel ? ( à ce moment là, je ne connaissais rien ni de Daniel-Ange, ni de JL)

             - Il est le fondateur de Jeunesse-Lumière, l'école d'évangélisation où je suis.

             - Perfect, mais .... ?

             - Il cherche un prêtre pour l'aider à l'école. Je lui ai parlé de toi et je lui ai dit aussi que tu étais chartreux.

Aujourd'hui encore, je suis incapable de comprendre ma réponse, car je suis une personne qui réfléchit beaucoup avant de prendre une décision. Je ne doute pas que ce fut l'Esprit Saint qui parla à ce moment-là. Sans hésiter, je lui dis :

            - Ououaouh, c'est super ta proposition. Pourquoi pas ? J'accepte mais je dois d'abord en parler à mon évêque.

Et quelle ne fut pas ma surprise quand le Cardinal de Valencia m'a donné toutes les facilités pour venir à JL. C'est pourquoi, je ne doute pas que c'est le Seigneur qui m'a amené à Jeunesse-Lumière. 

         Je vous raconterai bientôt mon expérience à JL. Mais avant de terminer, je veux dire quelque chose d'important. je vous ai parlé de ce grand cadeau de vivre à JL, mais cette surprise du Seigneur était double. L'autre immense cadeau a été de rencontrer père Daniel Ange. Merci Jésus de l'avoir connu et mis dans ma vie, et de pouvoir être au service de l'école. Et à toi, mon très cher Daniel, merci d'avoir placé ta confiance en moi sans me connaître à peine, merci pour ce que chaque jour tu me donnes par ta présence, ton sourire, tes paroles, et bien sûr, ta prière.

                                                                                                                                                      P. Luis Maria Torregrosa

Responsable pastoral à JL

P1110871.JPG